« La réalité dépasse la fiction, car la fiction doit contenir la vraisemblance, mais non pas de la réalité. » disait Mark Twain.

    Je me souviens…j’avais tout suivit du parcours de cet homme politique américain, issue de la minorité qui, avec difficulté, gravit les échelons pour finalement se retrouver élu Président des États-Unis. Je le sais, je l’ai vu à la télé. Et comme on dit, « si c’est passé à la télé, ça doit être vrai ! ». 

Oui mais seulement voilà, l’histoire à laquelle je fais référence date de 2006 alors que Barack Obama (vous pensiez à quelqu’un autre ?) faut élu en…2008. 

Bon alors non : je n’ai pas eu accès à une Dolorean® en solde, j’ai juste suivit une des plus grandes séries Américaine de ces dernières années qui fit preuve d’un don de voyance assez étonnant…

    2005 : À l’époque la série “West Wing" ("A la maison Blanche" en VF) régnait sur l’univers de la télévision américaine (avec des nominations et des récompenses à la pelle –j’ai essayé de faire le compte, je n’y suis pas arrivé !).

Rapide récapitulatif : La série se concentre sur le fonctionnement de la maison blanche sous l’administration démocrate (imaginaire) du président Josiah Bartlet (joué par Martin Sheen). Je vais essayer de ne pas rentrer dans les détails de peur de ne pas pouvoir m’arrêter, étant donné que c’est l’une de mes 5 séries favorites ^^).

Bref, cette série hyper réaliste (indépendamment du fait qu’elle représente des personnages profondément idéologues), dura 7 ans et alors que le deuxième (et dernier) mandat de président arrivait à sa fin, les personnages de la série se mirent à la recherche de son successeur. C’est Joshua Lyman (“Deputy Chief Of staff”, soit le sous-chef de cabinet, présent depuis le 1er épisode) qui choisit Matthew Santos, député texan issue de la minorité (comprenez latino). « Josh » (interprété par Bradley Whitford) est bluffé par l’homme qu’il décide de soutenir dans la course à la maison Blanche…

Il est intéressant de noter que le personnage de Joshua Lyman fut inspiré par Rahm Emmanuel (qui fut le « chief Of staff » de Barack Obama pendant plus d’un an) alors que le candidat Matthew Santos (joué par Jimmy Smits) ne s’inspire de personne d’existant à la base. Sauf que…pour l’écriture de certains discours du personnage, le scénariste Eli Attie admettra s’être inspiré en partie de ceux d’un jeune député de Chicago. Son nom ? Barack Obama.*

N’oublions pas qu’à ce moment-là, la candidature de Barack Obama est difficilement imaginable, son élection hautement improbable (j’en veux pour preuve la dureté des primaires démocrate ainsi que son combat avec Hilary Clinton). La comparaison va encore plus loin quand on apprendra que, dans la série, les scénaristes donneront à Santos un opposant républicain dont l’âge pose certains problèmes…faisant de lui une copie du vrai opposant de Barack Obama : John McCain.

Ainsi la fiction, inspirée par des bribes de réalité, s’est vue ensuite annonciatrice du réel.

Dans la seconde partie je vous parlerais plus en détail de Rahm Emmanuel qui a la chance d’avoir été adapté non pas une, mais deux fois à la télévision, lui et son frère qui travaille dans le cinéma…sous devez aussi le connaitre sous « Ari Gold » (d’Entourage).

                                                                                        (A suivre…) 

*Le site internet « Slate » fit la démonstration du parallèle entre Obama et Santos au travers de leurs discours (En V.O) :

http://link.brightcove.com/services/player/bcpid271557392?bctid=1434027921